mark_cohen_dark_knees

photographie de Marc Cohen

Avant, pendant ma période malabar qui a du durer une bonne dizaine d'années, j'étais l'as des bulles phénoménales. Si par malheur, elles venaient à exploser, je n'avais plus qu'à essayer de décoller ces pauvres lambeaux de mes joues d'enfant.
Maintenant, je récupère les papiers oubliés de "chwing" dans la maison, on ne sait pourquoi, par ces enfants qui sont miens. L'autre jour, j'en ai même profité pour tatouer malabar le garçon avec qui je vis. J'ai juste regretté qu'il n'y ait point de tatouage maori. ça m'aurait bien plu d'avoir un homme maori le temps de quelques jours...